jeudi 15 mars 2018

L'Orageux 2 (inédit)





    Proserpine se retrouva vite hospitalisée... Puisqu'elle tenta de se tuer.
   Par la fenêtre de sa chambre elle observait la chambre mortuaire, il y bruinait des corps morts de vieillesse, ou des hommes et des femmes terrassés, morts de résignation...
 Sa mère Cérès lui rendit visite le lendemain, ses cheveux bruns étaient truffés de pépins de grenade, elle s'ébouriffa.
     - J'aime Pluton, je n'ai que lui, dit Proserpine à sa mère. Celle-ci se dandinait, faisait de l’œil aux toubibs, autant profiter de la situation, ça change des sorties habituelles, faut s'adapter se disait-elle... Elle s'était apprêtée pour l'occasion. 
    - Mais je suis là, moi ! Je te protégerai, moi ! Moi je ! Tu es si jeune... Cet homme est dangereux, regarde-moi... je ne peux pas lutter... Tu es si bornée... Tu devrais me remercier, me baiser les pieds car je t'ai cherchée pendant 9 jours et 9 nuits, je n'ai même pas appelé la police, j'ai traîné, dans les rues sordides, dans les bars puants, je t'ai cherchée, la honte, tu te rends compte, ingrate ! Que vont dire les voisins, au port ? Si tu le souhaites tu passeras désormais la moitié de l'année chez moi, à la maison, dans ton île chérie, mais faudra être discrète, et ne pas sortir, et m'aider un peu dans le jardin ... Tu veux ?
    - Je vais y réfléchir, maman... Le monde souterrain me manque... Pluton me manque... Rends-moi mon portable, je parie qu'il m'a appelée... N'est-ce pas ? Montre-moi ! Il est cruel... mais c'est l'homme de ma vie.
   - Je dois rentrer, ma télé est restée allumée...  Ça consomme ces choses-là, tu me comprends ma fille ! Et puis j'ai des papiers à remplir, de l'administratif... Mais je reviendrai te voir en fin de semaine... Surtout ne lui réponds pas... Ce type te veut du mal !
    - Va t-en maman.

Des vagues métalliques la submergeaient pendant qu'elle dormait.
Des morts démembrés se collaient à ses tempes en feu, lassés d'attendre l'au-delà, ils suppliaient une quasi comateuse de les aider à traverser ce Styx de barbelés organiques, truffés de bras et de jambes coupés.
Mais elle restait allongée, en nage, vivement le valium, rendez-moi mon portable, bordel ! 
Pluton, je t 'en supplie ne me trompe pas... ou je m'éclaterai le crâne contre les parois du diable, m'arracherai les ongles dans des égouts polaires, me ferai péter les dents par des abrutis sous md dans les chiottes du bar de nuit de la rue des Martyrs... 
Reviens, je t 'attends dans mon système désolaire, face à cette horreur de chambre mortuaire, 
d'ailleurs si tu reviens je rirai...


Tu as perdu tes yeux noirs, globes épongés roulant à travers l'espace-temps, deux anges échaudés piquant comme des kamikazes sur des cibles enracinées dans la terre d'Europe, éternelles, malgré quelques guerres platines.
Sur les routes endormies je vois tes yeux noirs. Exils des rêveurs. Vers quelque ville digitale. Je te vois, ma Proserpine, t'endurcir dans ton lit agricole.
De l'amitié précise entre deux dimensions, deux nuits. 
M'avouant vaincu malgré ces marches gravies, 
je cède tout de même face au soleil défait. 
J'accepte de finir... mais avant laissez-moi m'étourdir comme un homard bavard, et laissez-moi plonger de mon plein gré dans cette eau bouillonnante ! 
Ainsi je découpe vos astres immergés. 
Et tout fond c'est encore la vie.
J'observe attentivement la collision entre deux planètes bleues-boussoles. 
J'accuse directement les nations qui se saignent, qui se signent, dans une grotte qu'elles ont elles-mêmes dynamitée.
Nous sommes dehors. Libres. À l'attaque ! N'ayez crainte, prenez les devants...
Je m'en vais, Proserpine. 
Le temps que tu te retrouves.




(Image : Alexandre Petrovski Darmon)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire