vendredi 9 septembre 2016

L' Orageux 2


Le poète contemporain n'est ni une pleureuse ni un fonctionnaire qui attend impatiemment ses grandes vacances pour écrire. 
Le poète n'attend que l'Orage, seul et en danger car débarrassé de ses paratonnerres...

Je bénis la génération qui va vivre les derniers jours de l'humanité, ce n’est pas la mienne évidemment,
car ce n’est jamais le bon moment

Assister enfin au lever du soleil
D’un œil neuf surgonflé d’optimisme 
Lors de ces descentes douloureuses mais très bien ficelées
Suis encore capable d’apprécier le ciel !
dont les contours ont été subtilement élargis
Par nos voix
Par nos prières athées
Par nos rires
Par nos corps repus
Par notre sang évaporé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire